Et craccccc... la cheville

trail de la croix de fer
17 novembre 2012 - 4ème trail de la croix de fer <by night>

C'est avec joie que je retourne sur mes terres Auboises pour participer à ce trail qui doit conclure cette belle année de running.

Au programme, 15 km d'effort au beau milieu d'une nuit constellée de frontales dans les  champs et les bois vallonnés qui entourent le Mériot.

Mais cette année une invitée c'est joint à la fête ...la boue ! tel est si bien que les organisateurs ont dût modifier quelque peu le trajet et ajouter 1.5 km pour éviter des parties impraticables.





trail de la croix de fer
D+ 340 m, 16.3 km

Après un bon plat de pâtes une bonne raclette (bas quoi !?) en famille, j'arrive, frais et motivé, 45 minutes avant la course.
La petite salle des fêtes du Meriot commence à devenir trop petite pour ce sympathique petit trail qui commence à devenir grand ! L'organisation annonce avec fierté que nous sommes plus nombreux que les habitants du village ! Près de 350 traileurs et 133 randonneurs font la queue pour s'inscrire ou récupérer leur dossard dans une ambiance chaleureuse et bon enfant. C'est vrai que nous sommes tous de grands enfants... on est tous là pour jouer avec notre frontale et se faire peur dans le noir au fond des bois :) . Comme dirait mon fils : "Papa! t'as pas peur dans le noir, t'as ta lumière ..."

trail de la croix de fer
Et c'est parti !
Juste le temps d'attacher mon dossard et de faire un échauffement rapide avant que la course ne commence. Après ma préparation dans les chemins du plateau de Rueil-Malmaison, j'espère faire un bon temps pour cette dernière de l'année...

trail de la croix de fer
1ère montée à travers les champs
Je pars vite, un peu trop vite... quand arrivent les premières élévations du terrain, je suis obligé de réduire l'allure, si bien qu'une vingtaine de coureurs me doublent.

Après  2 belles ascensions d'un 1 km à 7%, j'ai trouvé mon rythme, je suis bien, hormis des fourmis dans la jambe gauche (cuissard ou slip trop serré !?). A deux reprises, je manque de me retrouver au sol... le terrain est humide et très glissant par endroits et il est difficile de distinguer les zones boueuses avec la frontale.

6 km de course, nous entrons dans la partie boisée. Les groupes ont commencé à se former mais j'ai du mal à me placer au milieu des coureurs qui m'entourent... dans les parties plates je dois cravacher pour rester avec eux et dès que le terrain s'élève je suis à l'aise et les rattrape sans trop forcer (l'entrainement en dénivelé paye !).

A mi-parcours le dur de la course arrive : 200m raid, une petite descente et 500m à plus de 11% ! ça grimpe !! c'est à se demander si des montagnes ont poussé dans le Nogentais :p . La plupart des coureurs marche mais j'arrive à terminer l'ascension avec une bonne vitesse. Les organismes sont éprouvés, le chemin de sous-bois se fait plus étroit. Suite à une bousculade,  j’agrippe de justesse le vétéran qui menait le groupe du club de St Mesmin et qui partait tout droit dans le décors. Son allure m'impressionne (quelle forme !)... j'espère avoir son niveau à son âge.

Du 8ème au 11ème, un long faux plat descendant nous amène à la descente de la butte de croix de fer (pour mieux la remonter ensuite ... :p). Je perds rapidement la petite avance que j'avais pris lors de la montée et le groupe me lâche inexorablement...Le chemin est très boueux et mes appuis glisses à plusieurs reprises Je préfère y aller tranquillement mais je me retrouve quasiment seul pour terminer la course avant la dernière difficulté.

La montée de la croix de fer : c'est pour moi la meilleure partie. 1 km d’ascension sinueuse à 6% de moyenne mais avec des gros raidillons à plus de 16%. Après 12 km de course, mon état de forme me surprend. J'accélère et saute par dessus les énormes troncs d'arbres abattus qui nous barrent la route. Je rattrape une concurrente qui pousse un "oh là là..." et stoppe net désespérée en apercevant la grosse pente après un virage. C'est le charme des course de nuit...chaque pas est une découverte... Je distingue de plus en plus les lampes du groupe qui m'a lâché dans le plat. Ils ne sont plus qu'à 200m quand arrivent les 2 km de descente vers l'arrivée.

schéma entorse de la cheville
13ème km, je décide de lâcher les chevaux dans la descente pour les rattraper et finir cette année sur une belle performance. Mais à peine le turbo enclenché  en pleine bourre, c'est l'accident ! Mon pied droit glisse sur une marre de boue et ma cheville tourne vers l'intérieur... CRAC !!!!! aiiiie !!! Grosse frayeur sur le coup. J'imagine le pire, une déchirure, une fracture !? ...

Non ! ça à l'air de tenir, j'ai très mal mais continue de trottiner en boitant. Il reste à peine 2 km en descente, je décide de terminer sur ce rythme en serrant les dents. Tout au long de la descente je stresse car ma cheville fait des bruits étranges (floc floc) qu'est ce qui se passe là dedans ! Les coureurs me doublent très rapidement ...une trentaine. Je passe de la colère au désespoir; je rumine et je me fais des sueurs froides en  pensant  à Djailla le bloggeur Parisien privé de course à pied pendant plus de 6 mois suite à une grave entorse...

J'arrive doucement vers la ligne d'arrivée, des enfants me demandent  : "comment vous vous appelez !?..comment vous vous appelez !? ....Chriiiistophhhe ... Allez ! Christophe ! Allez!" . Ça me remonte un peu le moral.
La lumière des lampadaires ! les 100 derniers mètres ! des coureurs me doublent en sprintant ! Le speaker hurle bravo ! en les voyant se donner à font en contraste avec moi qui fait mon jogging ... il ne voit pas que je suis blessé et les spectateurs se disent : "il termine tranquille celui là ...". Le passage de la ligne est une formalité... je file directement vers la tente de la croix rouge. où je vois un collègue avec une poche de glace sur la cheville ... ça me rassure en quelque sorte : " La même chose pour moi ! s'il vous plait !"


photo entorse de la cheville
Je défais difficilement ma chaussure et ma chaussette Kalenji strap run kapteren (qui m'a peut être sauvé la cheville au passage) anxieux de voir le résultat....Ouch! L'infirmière est impressionnée ! : "ba vous vous êtes pas raté !". Une belle entorse et une belle bosse de la taille d'un oeuf sur ma cheville !
Le médecin fait tourner la cheville délicatement...les légers mouvements ne sont pas trop douloureux. C'est impressionnant mais ça ne doit pas être cassé... maintenant c'est repos, élévation et glace glace glace (protocole RICE). 
La radio confirmera que rien n'est cassé...Je m'en tire avec 4 à 6 semaines d'attelle suivies de rééducation....  



Je finis à la 128ème place en 01:36:21 ce qui reste correct vu les circonstances. Je pense avoir perdu 5 bonnes minutes en 2 km.

Nike air pegasus trail
Une 2ème participation qui finie mal et qui me servira de leçon... mais cela reste une course vraiment sympathique, avec un terrain vallonné et technique que je recommande vivement! J'y serai certainement pour la 5ème édition! Hormis cette blessure je finis dans un très bon état ce qui m'encourage pour les trails de plus longue distance.
Peut-être que les futurs éditions me serviront d'entrainement idéal pour une future Saintelyon ...qui sait ?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire